Delapoésie

Recherche par auteur, titre, mot-clé unique (plus de 3 lettres), extrait de texte.
Pierre Dupont (1821-1866), poéte et chansonnier français.

Le chant du vote (1849) | La Châtaine | Les fraises des bois |


La Châtaine



Reine de France et de Navarre,
D’Europe et de tous les pays,
Ma châtaine est un oiseau rare
Qui niche surtout à Paris.
On la connaît de par le monde
Pour les flèches de ses doux yeux ;
On la dit brune, on la dit blonde,
Moi je la place entre les deux.

Elle est changeante, ma châtaine,
Comme les reflets du lézard,
Et le charme de son regard
Est un filet qui vous enchaîne.

Est-il une taille mieux prise,
Un pied fluet plus doux à voir,
Une forme plus indécise
Sous les dentelles du peignoir ?
Qu’un amoureux transi soupire
Et s’égare en vœux imprudents,
Son musical éclat de rire
Dans leur écrin montre ses dents.

Elle est changeante, ma châtaine,
Comme les reflets du lézard,
Et le charme de son regard
Est un filet qui vous enchaîne.

À la valse elle est Allemande,
Russe à la danse, Anglaise au sport,
A ses yeux chinois en amande,
En Espagnole, aime à la mort.
Elle chante à l’italienne ;
Elle est aimée en son boudoir,
Au bain, c’est une Athénienne,
Une Française à son miroir.

Elle est changeante, ma châtaine,
Comme les reflets du lézard,
Et le charme de son regard
Est un filet qui vous enchaîne.

Oh ! qu’elle est bien la fille d’Eve
Qui flatte et trompe le désir ;
C’est la réalité du rêve,
Pourtant nul ne peut la saisir.
À cheval, jouteur intrépide !
Poursuis Diane au fond du bois ;
Plus qu’une biche elle est rapide
Et met le jouteur aux abois.

Elle est changeante, ma châtaine,
Comme les reflets du lézard,
Et le charme de son regard
Est un filet qui vous enchaîne.

Cherchez ! peut-être échauffe-t-elle
Les pieds du pauvre dans son sein ;
Ou, comme Jeanne la Pucelle,
Peut-être a-t-elle un beau dessein :
Un ange lui fait voir la lance,
L’armure bleue et le cimier
Qui sauveront un jour la France,
Un autre jour le monde entier.

Elle est terrible, ma châtaine,
Comme l’aspect d’un étendard,
Et le charme de son regard
Est un clairon qui nous entraîne.